Le fournisseur du showbiz AED Group recherche un acheteur pour un saut de croissance mondial

Le fournisseur du showbiz AED Group recherche un acheteur pour un saut de croissance mondial

Le groupe AED est à vendre. Pour passer du sommet européen au sommet mondial, le spécialiste du matériel audiovisuel cherche un parti fort pour l'aider à financer ses ambitions.


"Je suis fier, mais aussi un peu triste." Stefan Yee, le fondateur et PDG de PE Group, a des sentiments mitigés. La société d'investissement est au capital du fournisseur du showbiz AED Group depuis 2007, une durée atypique pour un capital-risqueur. Mais cela pourrait bientôt toucher à sa fin. Le conseil d'administration d'AED a décidé de mettre l'entreprise en vente.


AED Group a débuté en 1985 sous le nom d'AED Rent, lorsque Glenn Roggeman, 16 ans, a décidé qu'il était plus intéressé par les installations lumineuses et sonores que par l'école. "Pendant cette période, tout le monde achetait lui-même des installations, après quoi elles restaient inutilisées plus de la moitié du temps", se souvient Roggeman. "J'ai donc mis en place un modèle de location."


AED Group entame maintenant un processus de vente pour trouver un nouvel actionnaire majeur pour guider l'entreprise dans la prochaine phase de croissance. L'idée a fait son chemin. L'activité de Roggeman s'est rapidement développée et s'est rapidement internationalisée en France, en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et aux Émirats arabes unis. Après quoi des questions telles que la location, la distribution, les ventes d'occasion et même le développement en interne du matériel ont été ajoutées. Aujourd'hui, le groupe AED compte plus d'une dizaine de filiales, qui dans six pays "sont la référence dans leur domaine, même si ce sont de petits belges", précise Roggeman.


Dans cette trajectoire de croissance, AED n'a jamais fait appel à des financements externes. Au fil des ans, les investisseurs sont intervenus, mais cela impliquait toujours une sortie partielle de Roggeman. Aujourd'hui, la direction détient toujours environ 21 %, la société détient environ 10 % de ses propres actions et les 69 % restants sont répartis entre les actionnaires du groupe PE (depuis 2007), ING Private Equity et Phifin (tous deux depuis 2011).

Dans cette structure, AED a fortement progressé année après année, passant d'un chiffre d'affaires d'environ 4 millions d'euros en 2005 à environ 90 millions d'euros l'an dernier. Le groupe a alors enregistré un résultat brut d'exploitation (EBITDA) d'environ 24 millions d'euros et un cash-flow opérationnel de 32,6 millions d'euros. Cela montre que la crise corona, qui a durement touché le secteur de l'événementiel, n'a pas laissé de blessures durables dans l'entreprise.


AED veut maintenant poursuivre cette trajectoire de croissance à long terme avec un nouvel élargissement substantiel de l'activité et de l'internationalisation à d'autres continents. "Pendant la crise du coronavirus, nous avons investi massivement dans des capacités et des infrastructures supplémentaires", déclare Roggeman. "Tout est prêt pour un bond de croissance de 40 % supplémentaires."


Si j'avais été américain, nous serions peut-être des leaders mondiaux en ce moment.


Ce saut se fait mieux avec un nouvel actionnaire majoritaire au capital, analyse le conseil d'administration. Ce n'est pas illogique. L'horizon normal d'investissement dans le private equity est de quatre à sept ans en moyenne, mais les actionnaires extérieurs d'AED sont au capital depuis deux ou trois fois plus longtemps. "Rien n'est obligatoire, mais c'est juste le bon moment pour vendre", déclare Yee. "Cette nouvelle phase dans laquelle l'entreprise entre nécessite des investissements et une part de patience. Si nous restons sur place maintenant, ce sera encore cinq à six ans. Nous resterons une société de capital-investissement, nous vivrons de nos sorties."


Mais ce processus de vente, supervisé par ING Corporate Finance, ne se limite pas à donner une sortie aux actionnaires. Un acteur plus important - dans le secteur audiovisuel ou dans le capital-risque - serait également mieux placé financièrement que les actionnaires actuels pour concrétiser les ambitions d'AED. Si le groupe veut devenir une entreprise mondiale dans son métier à forte intensité capitalistique, un actionnaire aux poches bien garnies ne peut que l'aider. "Une vente à un acteur majeur est la prochaine étape logique dans l'histoire de la croissance que nous avons écrite avec Glenn", déclare Yee.



Ne vous ennuyez pas

Il est certain que les investisseurs externes veulent sortir en cas de vente. Que le fondateur Roggeman fasse de même est moins clair. Le PDG dit qu'il garde toutes les options ouvertes. "Tout dépendra des attentes du nouvel actionnaire. S'il veut continuer avec moi pour les 10 à 15 prochaines années, je suis ouvert à cela. Sinon, c'est aussi possible. L'intérêt de l'entreprise prime. J'ai 16 entreprises, je ne m'ennuierai jamais de toute façon."


Tout comme avec Yee, une vente donnera à Roggeman des sentiments mitigés, dit le fondateur. "Je suis très fier de ce que nous avons accompli ici, je pense pouvoir affirmer sans crainte que nous avons écrit une histoire spéciale avec AED. La seule chose que je trouve un peu dommage, c'est qu'il est encore une fois très difficile d'obtenir un pour construire un monde Pour réaliser cette ambition, nous devons vendre. Si j'avais été américain, nous serions peut-être des leaders mondiaux maintenant.



Un DEA n'est pas l'autre

Si AED Group obtient bientôt un nouvel actionnaire majoritaire, cette partie ne sera pas immédiatement propriétaire des studios AED à Lint. Ce parc médiatique, anciennement Alfacam, est une entité distincte avec une structure actionnariale différente. Les studios, où sont enregistrés les principaux spectacles en direct et les films hollywoodiens, ne sont détenus qu'à 40% par AED Group. Les 60% restants appartiennent à Roggeman lui-même.

Source: De Tijd 06/06 via License2publish

Commenter

As-tu un compte sur eventplanner.lu? Connecte-toi ici
Tu n'as pas encore de compte ? Rédige ton commentaire ici :

Lire aussi

Secrets à connaître sur la sécurité des événements Hallmark

Secrets à connaître sur la sécurité des événements Hallmark

Violation de données Ticketmaster : ce que cela signifie pour les organisateurs d'événements

Violation de données Ticketmaster : ce que cela signifie pour les organisateurs d'événements

Les visiteurs de Cirque@Taque paient sans cash via Event Reservation

Les visiteurs de Cirque@Taque paient sans cash via Event Reservation

Publicités