Cas d'événement : 'EUconnect Roadshow' avec narration VR et influenceurs

Dans cette nouvelle série eventplanner.tv, nous discuterons de cas d'événements inspirants avec les agences événementielles qui les ont organisés. Aujourd'hui, Sylvester partage son point de vue sur un roadshow VR pour l'Union européenne. Un cas intéressant à apprendre!


Avez-vous un cas d'événement digne de partager? Entrer en contact.

Kevin Van der Straeten|montrer l'original
Commenter cet épisode tv

Avez-vous un compte sur eventplanner.lu? Connectez-vous ici
Vous n'avez pas encore de compte ? Rédigez votre commentaire ici:

Wouter De Naeyer [Sylvester]
Wouter De Naeyer [Sylvester]
Expert|2022-08-08 - 09:37u

🤩

Femke Verstraeten [Sylvester]
Femke Verstraeten [Sylvester]
Expert|2022-08-08 - 09:38u

Wat een team! 👊🏼

Brecht  Willems [Sylvester]
Brecht Willems [Sylvester]
Nouveau|2022-08-09 - 10:52u

Well done team! 💪

Également disponible en podcast:

Également en podcast:

Listen on Google PodcastsListen on Apple PodcastsListen on Shopify

Transcription

Salut et bienvenue dans un autre épisode de eventplanner.tv.

Avant de présenter mes invités aujourd'hui, je veux partager que nous allons lancer une nouvelle série eventplanner.tv où nous plongeons dans des cas d'événements très intéressants.

Aujourd'hui, nous allons apporter un cas d'activation de marque. Mais si vous avez un cas d'événement intéressant que vous souhaitez partager avec notre public, contactez-nous.

Eve et Bart, bienvenue dans notre studio. Vous êtes tous les deux de l'agence Sylvester et vous avez apporté un cas d'activation de marque très intéressant aujourd'hui. Mais je vous laisse peut-être vous expliquer : de quoi s'agit-il ?


L'affaire concerne un projet que nous avons réalisé pour l'Europe. Plus spécifique pour les fonds européens mais nous y reviendrons plus tard. Où nous voulions communiquer aux jeunes : qu'est-ce que l'Europe ? Apporter aux jeunes une prise de conscience positive de l'Europe.


Bon, avant de commencer : comment l'Europe est-elle arrivée à Sylvester ? Était-ce un pitch organisé sur la façon dont ce processus s'est déroulé?


Eh bien, tout d'abord, les quatre fonds européens avec lesquels nous avons collaboré sont gérés par le gouvernement flamand. Et le gouvernement flamand a un accord-cadre avec Sylvester. Donc, tout d'abord, ce n'était pas un pitch. Et la raison pour laquelle ce projet a été un tel succès est en partie à cause de cela. Parce que cela nous a permis de collaborer avec notre client. Faire une première proposition. Pour conserver les bonnes choses de la première proposition, supprimez les petites choses et revenez avec une proposition encore plus grande. Et de cette façon, nous avons réussi à avoir une excellente collaboration avec notre client.


Est-ce que je comprends bien que vous dites : ça pourrait être plus créatif parce que ce n'était pas un pitch, alors ?


Nous pouvions être plus créatifs car nous étions autorisés à reprendre contact avec le client. Et d'avoir un peu de ping-pong, des allers-retours avec le client. Et je pense que, pour le processus de création, c'est très important. Parce que vous pouvez être extrêmement créatif, mais si ce n'est pas ce que veut le client, ce n'est pas créatif du tout.


Si nous passons ensuite au brief initial : quelle était la question que vous avez posée ?


Les fonds européens font chaque année une campagne pour l'Europe. Ils veulent montrer aux habitants des pays ce que l'Europe fait dans leur vie quotidienne, dans leur région. Cette campagne se déroule chaque année autour du 9 mai : Journée de l'Europe.

Cette année 2022 est l'année des jeunes. Ils ont donc voulu axer leur campagne sur les jeunes. C'est un groupe cible très difficile. Nous n'avons pas à vous le dire. Ils ont donc voulu les atteindre d'une manière attrayante et attrayante pour les jeunes. Et de faire une prise de conscience positive sur l'Europe. Pour ce faire, ils ont déjà lancé l'idée de travailler avec une technologie innovante. Le client a dit : peut-être pouvons-nous travailler avec AR ou VR ?

Ensuite, nous avons eu un brainstorming interne sur ce projet. Et nous avons fait des recherches parce que nous devons travailler avec un partenaire. Qui est spécialisé dans cette technologie innovante. Et nous sommes sortis avec Yonder. Ils sont très spécialisés dans les films 360° VR. Nous sommes donc revenus vers le client avec l'idée de faire un film VR. Un film VR à 360°. Avec la narration. Avec un peu de narration dans le film. Où vous conduirez les jeunes d'un projet à d'autres projets financés par l'Europe.


Bon, si je ne me trompe pas, la raison pour laquelle c'est l'année des jeunes, c'est à cause des élections qui approchent. Et que l'Europe veut avoir une image positive, faire voter tout le monde.


Exactement. Le gouvernement belge a décidé qu'à partir des élections de 2024, les jeunes à partir de 16 ans seront autorisés à voter. Uniquement pour les élections européennes. Pour le Parlement européen. Il est donc important que les jeunes connaissent l'Europe. La plupart du temps, ils n'ont aucune idée. Vous savez que l'Europe est quelque chose de loin à Bruxelles. Ou peut-être savez-vous que c'est Eurovision Song.


N'est-ce pas l'essence même de l'Europe ?


Si vous demandez aux jeunes, ils n'ont aucune idée. Vous voulez donc les sensibiliser à ce que fait l'Europe dans leur vie quotidienne. Dans leurs régions. L'Europe finance chaque année, ou tous les six ans je pense, plus de centaines de projets, dans toute la Flandre. Il est donc très important de leur montrer quel est cet impact de l'Europe. Les jeunes ont donc une image positive de l'Europe. Alors avec les prochaines élections, ils ont ce sentiment positif, et ils veulent aller voter. D'une manière positive. Pour l'Europe.

Imaginez ce que nous avons ressenti, à Sylvester, lorsque ce briefing est arrivé. Vendez l'Europe aux jeunes. Quatorze à dix-huit ans. Dites-leur que l'Europe est juste à côté d'eux dans leur voisinage. Nous avons des milliers de projets que nous avons financés. Et va leur montrer qu'on a fait ça juste à côté de leur porte. C'était donc extrêmement difficile.


Et, en plus, avec la technologie innovante.


De préférence.


De préférence.


Ce qui est une bonne idée, bien sûr. Parce que c'est comme ça qu'on attire les jeunes. Ils sont intéressés par toutes ces nouveautés. Dans les jeux. Il faut donc le faire d'une manière qui les attire. Cela les interpelle. Qu'ils sont, peut-être, curieux de savoir.


J'ai déjà entendu dire que vous disiez: d'accord, nous avons eu un remue-méninges. Nous avons imaginé une vidéo en réalité virtuelle. Nous avons ajouté une histoire à cela. Mais même dans ce cas, comment le rendre attrayant pour ce public spécifique ? Ce qui est très difficile.


Eh bien, comme je l'ai déjà dit, nous avons eu une très bonne collaboration avec le client. Donc, nous avons eu, bien sûr, un premier brainstorming interne. Où nous avons enquêté sur certaines agences, comme Yonder, par exemple, qui nous ont aidés. Mais aussi d'autres technologies. Nous avons également étudié la réalité augmentée. Le client a spécifiquement demandé une vidéo VR, mais est-ce qu'une vidéo VR est la meilleure chose à faire ? C'est donc ce que nous avons enquêté en interne. Mais une fois qu'on s'est décidé : c'est parti pour la vidéo VR et c'est parti avec Yonder pour celle-là, on a fait une très, très longue séance de brainstorming pendant plusieurs heures. Avec Là-bas. Avec le client. Et ils étaient représentés par les quatre fonds européens, donc beaucoup de monde là-bas. Avec notre équipe créative. Chez Sylvestre.

Mais aussi avec quelques personnes du public cible. Alors eux aussi...


C'est très intéressant.


Nous avons donc eu quelques membres d'une école à Bruxelles qui ont été autorisés par leur directeur à sauter une journée d'école.


Ils étaient très heureux de pouvoir être là à ce moment-là.


Oui, ils étaient très heureux. Mais ils ont également été impressionnés par la façon dont tout était organisé. Le remue-méninges. Et que leur avis comptait. Et nous avons eu quelques suggestions. Nous avons eu quelques idées. Mais ce n'est pas une bonne idée si cela ne plaît pas à votre public cible. Ils ont donc été inclus aussi. Et ils ont apporté une très grande valeur ajoutée au brainstorming. Nous avons donc eu près de six heures de séances de remue-méninges, mais c'était séparé en différents sujets. Des objectifs différents. Et à la fin, notre script était pratiquement prêt. À la fin du remue-méninges. C'était donc aussi quelque chose qui était vraiment important dans le processus de ce projet.


D'accord, si nous franchissons ensuite le pas, vers la concrétisation du projet. Comment dois-je voir cette vidéo ? Comment a-t-il été construit ? Vous avez déjà parlé de storytelling. Comment tout cela a-t-il été fait ?


C'est une partie très importante du film : la narration. Il était important que nous...

Normalement, si vous portez des lunettes VR, vous êtes lâché. Vous pouvez faire ce que vous voulez dans une vidéo.

Nous voulions réellement les guider à travers le film. Nous avons donc choisi de travailler avec un personnage principal. Cela vous montre un projet après l'autre. Une ferme innovante ou un projet de pêche durable. Et c'est en fait ce personnage principal qui vous montre ces projets. Et c'est comme un tandem. En tant que spectateur, la caméra est la position du spectateur. Et il vous parle directement. Et donc vous êtes très engagé, dans le film. Et pour le rendre encore plus attractif pour les plus jeunes, nous avons choisi ce personnage principal. Pas une personne au hasard mais un phénomène TikTok.


Oh mec.


Oh mec.

Oui, ce sont les canaux de médias sociaux qu'ils sont...


En effet, c'est exact. C'est comme ça qu'on les atteint.


C'est comme ça qu'on les atteint.

Nous avons donc choisi quelqu'un qui est vraiment populaire dans ce public cible spécifique. Elias Verwilt est un influenceur TikTok et Instagram. Il compte, sur TikTok, plus de 600.000 followers. Principalement dans ce groupe de quatorze à seize ans.


Il a aussi cet âge ? Ou...


Non, il est un peu plus âgé. Il a vingt ou vingt et un ans. Mais il fait vraiment appel à cela...

Il réalise des vidéos amusantes sur les enseignants dans les salles de classe. Et il fait souvent cette vidéo où il joue deux personnages. Il est, alors, et l'élève et le professeur. Et puis fait des mèmes drôles et des trucs comme ça. Très très drôle. Un peu hyperactif mais vraiment cool.

Qui fonctionne.

Qui fonctionne très bien. Il a un visage très expressif. Il fait tous ces genres de regards amusants. C'est très drôle à regarder.

 

Il vous emmène donc dans ce voyage.


Exactement. Et aussi dans son propre style. Un style propre très reconnaissable. Ce qui est très cool à voir. Et ça a beaucoup plu aux jeunes. Nous ne l'avons pas seulement utilisé comme personnage principal dans le film, mais nous l'avons également utilisé comme visage national pour notre campagne sur les réseaux sociaux. C'était donc vraiment à deux niveaux de travail. Et il était lui-même très enthousiaste à propos du projet. Nous sommes allés avec lui sur ces différents projets pour tourner le film. Et il était comme: oh, regarde ça.


C'était donc vraiment une véritable réaction.


Oui, une impression authentique réelle qu'il a montrée.


Comment est-ce : travailler avec un influenceur ? Parce que les influenceurs aiment le faire à leur manière. D'autre part, vous avez également votre mémoire. Vous voulez livrer d'une certaine manière.

Saurez-vous les diriger ? Ou...


Tout d'abord, il s'agit de trouver le bon match. Ainsi, Elias n'était pas la seule personne que nous avons contactée. Mais c'était vraiment le premier où nous avons ressenti une très bonne connexion. Il a compris le projet. Il en était très enthousiaste. Et je pense que c'est la principale raison pour laquelle nous l'avons choisi. Au dessus des autres.

C'était aussi un processus très organique. J'ai, comme, des heures de conversations WhatsApp avec lui. Où il proposait sa story TikTok ou sa story Instagram qu'il avait envie de faire. Il a envoyé des captures d'écran et j'étais en train de le commenter. Et dire : n'oubliez pas le hashtag this et le hashtag #youaremyregion, #youareatmyschool. Ce genre de choses. Alors : ah oui, d'accord. Et puis il...

Oui, c'est vraiment des heures de conversation.

Et au début, nous avons fait nos recherches. Parce que vous ne voulez pas avoir d'influenceur...

A chacun son style. Vous voulez avoir, bien sûr, quelqu'un qui, si vous voyez l'Europe comme une marque, correspond à la marque. Et c'était, avec Elias, déjà d'accord. Et puis son enthousiasme était aussi très correct. Et puis on a recommencé à faire des allers-retours, aussi, avec lui. Le scénario est donc adapté au style d'Elias. Et pas l'inverse. Parce que si vous voulez utiliser un influenceur, il faut qu'il soit lui-même. Sinon, ce n'est pas authentique et pour les personnes du public cible : s'ils ne sont pas authentiques, ils ne croient pas à votre histoire et ils abandonnent. Parce qu'à la fin, la vidéo durait environ trois minutes. Mais quelqu'un dans le public cible des quatorze à dix-huit, ils choisissent en quelques secondes. Si c'est quelque chose qu'ils veulent regarder ou qu'ils ne veulent pas regarder. Ils abandonnent donc très vite. Donc, si vous ne laissez pas l'influenceur parler comme il le fait normalement, tout s'effondre. Avec Elias, la connexion...

Nous n'avons pas eu à trop le diriger. Parce que nous savions déjà qu'il était bon en tant qu'ambassadeur. Et bien, nous avons adapté un peu nos affaires. Pour qu'il se sente bien chez lui.


Mais, dans la conversation que nous avons eue avant de commencer le tournage, vous avez également mentionné que ce n'était pas seulement Elias qui emmenait les gens dans ce voyage. Il y avait aussi beaucoup d'autres choses et gadgets dans la vidéo, si vous commenciez à regarder autour de vous. Parce que c'est une vidéo de réalité virtuelle.


C'est une expérience à 360°. Vous devez donc utiliser cet environnement à 360° là où vous vous trouvez, en tant que spectateur. Nous avons donc le personnage principal qui vous guide tout au long de l'histoire. Mais en attendant, si vous regardez autour de vous et que vous voulez juste voir, il y a beaucoup de petites choses que nous avons introduites dans la vidéo. Comme des sons supplémentaires ou des graphiques supplémentaires ou des emojis amusants. Par exemple le robot "mest" dans la ferme.

Le robot fumier.

Et puis nous avons utilisé comme un petit emoji de merde.


Oui, mais c'est le langage des jeunes.


C'est la langue qu'ils aiment, exactement.


Vous devriez donc l'utiliser.


Nous avons également mis beaucoup d'efforts dans ces détails. Ainsi, lorsque la vidéo a été complètement terminée, le travail sur toutes ces petites choses n'a fait que commencer. C'est une vidéo à 360°. Donc, quand Elias vous parle directement, il se passe aussi des choses ici. Et il se passe aussi des trucs là-bas. Et c'est un processus. Avec notre propre équipe créative, chez Sylvester, nous sommes allés...

Chaque fois que nous avons vu une nouvelle version de la vidéo, nous y sommes retournés. D'accord, que pouvons-nous faire de plus ? Que pouvons-nous faire pour améliorer encore plus l'expérience utilisateur ? Nous avons donc également mis beaucoup d'efforts dans les autres choses supplémentaires. Dans la musique, dans...

Ce sont différentes couches qui doivent...

Il s'agit de différentes couches, oui. Les effets sonores sur les choses qui se passent derrière vous. Et vous donner envie de regarder autour de vous.

Ce qui, par conséquent, a fait que, lorsque nous sommes allés avec la vidéo dans les écoles et que les élèves ont regardé la vidéo, ils ont voulu la revoir. Parce que vous n'aviez pas tout vu la première fois.


Vous avez raté certaines parties.


La première fois que vous voyez le film, vous êtes très : oh, qu'est-ce que c'est. Et puis vous finissez le film et vous vous dites : je veux le revoir, car il s'est passé tellement de choses.


C'est bien que tu mentionnes que tu es allé avec la vidéo dans les écoles. Parce que jusqu'à présent, nous avions une excellente vidéo, mais il fallait ensuite qu'elle soit diffusée au bon public cible. Comment ça c'est passé? C'était un roadshow, j'ai compris ?


Oui, c'était aussi une partie très difficile du roadshow. Où pouvons-nous rencontrer notre public cible ? Parce que ce n'est pas comme si je vais paraître très vieux à ce stade, à mon époque. Tu pourrais aller dans le quartier avec tous les bars et tu pourrais les trouver là-bas. C'est surtout fini. Ça c'est fait. Les écoles étaient donc probablement la meilleure option pour lancer cette tournée. Et pour en avoir le maximum...

... effet hors de lui.


Oui, avec ces chiffres cibles élevés que nous avions du client : ils voulaient que 8 000 à 10 000 étudiants voient le film. Il faut aller là où ils se trouvent, donc les écoles sont une approche très logique.


C'est un objectif ambitieux. Si vous avez un film VR pendant 3 minutes et que vous savez : autant d'étudiants. Comment avez-vous abordé cela?


Eh bien, tout d'abord, nous avons dit au client : ralentissez. 6.000, ce sera super. Ce sera fantastique. Mais ils ont continué à pousser entre 8 000 et 10 000.


Oui et avec le client, nous avons une très bonne relation. Alors on a apporté des idées. Ils ont apporté des idées. Et, ensemble, nous avons trouvé une solution avec ce stand d'activation de marque. Où on peut mettre dix élèves à la fois. Avec dix lunettes VR à la fois. Avec une application de synchronisation, nous pouvons démarrer un film sur dix lunettes à la fois. Nous avions donc, comme, un flux de huit cents étudiants par jour.


Huit cents par jour ?


Quand on est allé à l'école et qu'on a commencé la première heure...

Une heure de cours. Et puis toutes les heures : check, check, check. À la fin : huit cents par jour.

Et c'est aussi quelque chose que le client a vraiment ajouté. La principale personne avec qui nous avons parlé était Jasper. Jasper Vervloet. Et il a aussi une formation d'enseignant. Donc, ce qu'il a fait, c'est...

Nous avons fait quelques informations techniques sur les détails techniques du stand. Mais il a ajouté quelque chose de très précieux pour les écoles. Et c'est le processus d'apprentissage pour l'école. Donc quelque chose qu'ils pourraient intégrer dans leurs cours. Normalement, si le prof veut parler de l'Europe, c'est surtout comme quand nous, chez Sylvester, on a reçu le briefing, c'est genre : ça va être une histoire difficile. Mais ils ont aussi vu dans les écoles, une fois qu'ils avaient vu le roadshow ou qu'ils savaient que le roadshow arrivait, ils étaient plus ouverts pour en savoir un peu plus sur l'Europe. Mais les écoles étaient très contentes que nous venions là-bas. Et c'est aussi la raison pour laquelle, c'est peut-être déjà un spoiler, mais le roadshow aura une deuxième partie en septembre. Parce que tant d'écoles ont vu les résultats et elles veulent maintenant aussi avoir une visite du roadshow. Ils peuvent donc également intégrer cela dans leur forfait de cours.


S'il y aura une deuxième tournée, je suppose également que les résultats de la campagne elle-même ont été très bons et positifs. Comment avez-vous mesuré cela ?


Nous avons compté chaque élève.


Bien sûr que oui, mais je pense aussi que vous avez fait des recherches pour savoir si le message prend. S'ils finiront par voter et s'intéresseront à l'Europe.


Oui, exactement. Une analyse d'impact est en cours.

Tout d'abord, nous avons un nombre total d'étudiants qui ont visité le roadshow. Parce que nous avions des chiffres des écoles d'élèves qui passaient.

Nous avons atteint nos objectifs.


Toutes nos félicitations.


Nous avions 9.210...


Oh, encore plus que prévu.


Eh bien, c'était entre 8 000 et 10 000, alors disons que c'était sur la cible.

Sur la cible.


Mais un objectif très ambitieux.

C'est donc déjà un premier bon point. Mais ensuite, une fois que les élèves ont vu le film, ils ont pu répondre à un quiz amusant par la suite. Avec des questions sur le film. Et sur les projets européens. Pour voir s'ils ont vraiment obtenu des informations supplémentaires. S'ils ont vraiment appris quelque chose. Du film. Et les résultats étaient très bons. Ils ont répondu correctement à toutes les questions oui ou non. Ce qui était vraiment bien. Et puis, à côté de cela, nous avons également fait une analyse d'impact avec quelques questions. Parfois, il suffit de parler pour demander s'ils ont aimé l'expérience. S'ils apprenaient quelque chose sur l'Europe. S'ils veulent en savoir plus sur l'Europe. Et les résultats étaient vraiment bons.


Et pouvez-vous me dire à quel point?


Pouvons-nous, déjà?

Eh bien, les résultats étaient un peu...

Jasper nous a dit qu'ils étaient un peu staliniens. Ainsi, ce sont environ deux cents personnes qui ont été interrogées dans le cadre de l'enquête. Pour la petite histoire, ce sont les clients eux-mêmes qui ont fait l'enquête. Nous n'étions donc pas impliqués. Il l'a fait...


Vous n'avez rien triché.


Non non. Mais c'était à 100 %. Donc tout le monde a aimé la façon dont nous l'avons présenté.

Ils pensaient que c'était une façon amusante de découvrir l'Europe.


Bon, c'est déjà impressionnant.


Et puis 92% ont dit avoir appris quelque chose à ce sujet. Qu'ils ne savaient pas avant. Et environ 80 % étaient disposés à en savoir encore plus sur les projets qu'ils ont vus dans...


Oh, mais c'est un résultat impressionnant. Surtout si vous tenez compte du public cible avec lequel vous travaillez.


Bien sûr que oui.

Et le produit abstrait que nous avons vendu.


En effet, aussi. Ça aussi, oui.


Et donc, parce que les résultats étaient si impressionnants, nous avons également travaillé avec la Commission européenne, parce qu'ils globalisent les fonds européens, notre roadshow voyage maintenant à travers l'Europe en tant que meilleure pratique. Montrer aux autres pays comment attirer les gens dans le public cible. Car ce n'est pas en Belgique qu'il est difficile de les joindre. C'est partout en Europe. Probablement partout dans le monde, c'est vraiment difficile pour eux dans leur vie...

Donc, notre projet complet, faire un film VR et aller dans les écoles avec le roadshow, toute cette idée est montrée à d'autres services de communication, partout en Europe. En tant que meilleure pratique.


La durabilité est également un sujet important en Europe.


Vrai.

 

J'imagine que c'était aussi une exigence. Ou du moins devaient être incorporés dans le roadshow. Comment voyez-vous cela, en tant qu'agence?


On voulait avant tout faire quelque chose qui soit "durable", disons. Donc quelque chose qui pourrait être utilisé, non seulement aujourd'hui, mais même dans un an ou deux. Le film a maintenant été réalisé et peut être utilisé encore et encore. Comme montré. Nous aurons un deuxième roadshow cet automne. Mais peut-être l'année prochaine aussi. Peut-être aussi dans d'autres pays. Donc, en soi, c'est déjà une chose très durable. Mais à côté de cela, nous voulions également que l'activation de la marque elle-même soit durable. Nous avons utilisé, pour le stand, de très belles structures gonflables. Nous les avons marqués aux couleurs européennes, bleu et jaune. Donc, c'est comme une structure bleue avec des étoiles jaunes. Très reconnaissable. Très européen. Et seuls les panneaux latéraux de la tente, pour fermer ou pour faire des murs, étaient marqués dans le vrai style de la campagne. Avec notre influenceur, Elias, très central sur les panneaux latéraux. Mais ces panneaux latéraux peuvent facilement être échangés contre d'autres.

Ainsi, la structure principale peut être utilisée pour d'autres projets que la Commission européenne ou les fonds européens organisent. Et ils n'ont qu'à commander des panneaux latéraux différents. Ce qui est, d'une certaine manière, beaucoup moins cher, mais aussi beaucoup plus durable.

Oui, tout est réutilisable et parce qu'ils étaient gonflables, tout pouvait tenir dans une très petite camionnette.

Nous avons donc calculé l'espace dont nous avions besoin avec les chaises et le bureau. Et tout était installé dans une très petite camionnette, de sorte que l'empreinte carbone était aussi faible que possible. Sur ce roadshow. Nous avons donc gardé à l'esprit chaque détail du roadshow. Pour s'assurer que la durabilité était correcte.

Nous avons même essayé de planifier les visites scolaires. Comme : toutes les écoles de Flandre occidentale ont été faites dans les mêmes jours. Alors la personne qui...

Nous avions un chef d'équipe qui dirigeait le projet sur place. Il pourrait rester là-bas pour ne pas avoir à parcourir toute la Flandre.


Logique.


Ce sont de petits détails qui ont vraiment un grand impact.


Oui, ceux-ci font la différence. Peut-être comme dernière question. Quel était; pour vous les gars, le plus gros challenge de ce projet ?


Je vais vous laisser répondre à votre truc. Mon truc, parce que j'ai surtout fait le début du projet, c'était le timing. Nous avons donc reçu le briefing fin décembre. Mais ensuite, vous devez encore passer par tout le processus de création. C'était donc début février jusqu'à ce que nous soyons opérationnels avec le...

Nous avons fait les remue-méninges. Nous avions notre vision. Nous avons commencé à écrire le scénario. Mais à ce moment-là, nous devions tourner la vidéo. Vous le voyez là-bas. Sur l'écran. Vous avez comme une caméra, avec sept caméras. Et une fois le tournage terminé, le vrai travail a commencé. Parce que vous avez, par exemple, des images de ces sept caméras et elles doivent être une seule image. Il y a donc beaucoup de coutures, c'est ce qu'on appelle, faites par Yonder. Mais c'est du travail manuel. Ils ont donc un logiciel qui fait le début. Mais tout le reste doit être fait manuellement. Nous étions donc vraiment dans les temps avec ce genre de vidéo. Le timing était donc un gros problème.

Parce que nous avons eu un jour très clair qu'ils voulaient commencer le roadshow. C'était la journée de l'Europe. Le neuf mai, comme je l'ai dit au début.


Donc à partir de décembre. Et puis l'ensemble du projet devrait se tenir début mai.


Oui, notre premier jour de test était le 2 mai.


D'accord, je comprends pourquoi le timing était un problème.


Le timing était très, très difficile. Et aussi...

Et aussi budgétaire. Le budget total de ce projet était de 100 000 euros. Ce qui semble beaucoup mais ce n'est pas beaucoup.


Non en effet. C'est beaucoup moins que ce à quoi je m'attendais quand je vous entends raconter toute cette histoire.


Surtout quand on passe de toute la phase de conception à la phase de production.

Ce n'est pas beaucoup. Et surtout avec les chiffres cibles élevés que nous avons obtenus au début du client. Objectif très ambitieux. Nous étions heureux d'avoir pu le rendre aussi efficace que possible. Pouvoir toucher le plus d'élèves possible. Avoir une très bonne campagne en ligne également. Mais dans la quantité limitée, ce n'était pas facile. Mais...

Juste pour être sûr : le budget, les 100.000, c'était le concept, c'était la création, c'était le roadshow.

C'était le scénario. C'était le film.

Mais aussi la campagne. Partiellement. Nous avons également eu un peu de soutien de la Commission européenne. Nous avons également eu quelques micro-influenceurs. Pour aider la campagne. Ils étaient forts, par exemple, à Anvers ou quelqu'un d'autre était fort, par exemple, à Bruxelles. Mais tout était inclus dans ce budget. Donc aussi la campagne.


C'est impressionnant. Et...


Oui, je pense que le secret du succès est aussi la très bonne relation que nous avons eue avec le client. C'était vraiment un travail d'équipe. Je n'ai jamais vu ça auparavant. Qu'un client soit si impliqué et travaille ensemble pour arriver au résultat. Je pense que c'est très...

Oui, car le roadshow était surtout une boîte à outils. Cela a été remis au client. Nous avions un responsable logistique. Qui est allé d'un endroit à l'autre pour aider. Mais sur le stand même, c'étaient des gens des quatre fonds eux-mêmes.

Et des bénévoles.

Et des bénévoles. Ce que le client a recherché. Ce fut donc une belle collaboration. Pour tout obtenir, également dans les limites du budget. Donc, non seulement la partie Sylvester, faisant son travail pour respecter le budget, c'est aussi le client qui a dit : d'accord, c'est dans le budget. Faisons cela avec des bénévoles. D'accord, c'est dans le budget. On peut faire comme ça. Et c'est comme ça que ça a marché. Dans le cadre du budget.


Un cas très impressionnant. Merci beaucoup de le partager avec nous, ici.


Merci de nous avoir invités.

Merci pour le temps, oui.


Et vous, à la maison, merci d'avoir regardé notre émission. J'espère vous voir la semaine prochaine.

Publicités